Coumba Mar Gadio : un parcours exceptionnel, une femme de terrain
Posted on 9 Apr 2020
Categories: Inside view
Study for a British university degree in Geneva

Olivier Meyer, Paloma Redondo *

Coumba Mar Gadio, Coordonnatrice résidente du système des Nations Unies en Zambie, évoque pour UN Today ses vingt années d’activité à l’ONU et les défis professionnels et personnels qu’implique un tel engagement

Curiosité et ouverture

Enfant, Coumba Mar Gadio aimait surtout les découvertes, les excursions et la lecture. Elle adorait les sorties organisées par l’école au parc zoologique ou aux îles du Sénégal, mais elle éprouvait aussi un grand plaisir à se rendre à la bibliothèque et à se plonger dans la lecture de différents ouvrages. La curiosité et l’ouverture qu’elle manifestait déjà à l’époque l’ont tout naturellement menée, après de brillantes études, vers une carrière à l’ONU.

De nationalité sénégalaise, Coumba Mar Gadio occupe depuis presque un an le poste de Coordonnatrice résidente/Officier désignée pour la sécurité du système des Nations Unies à Lusaka, en Zambie. Elle a déjà exercé les mêmes fonctions avec succès en Guinée Équatoriale entre 2015 et 2019.

Madame la Coordonnatrice résidente a déjà une belle carrière onusienne derrière elle, puisqu’elle a intégré l’Organisation en 2001. « Je venais juste de terminer un doctorat en sociologie du développement rural et un Mastère en “Women Studies”, et j’ai trouvé en l’ONU l’organisation qui me permettrait de mettre en pratique les connaissances acquises ». Un choix naturel, puisqu’elle avoue avoir toujours été intéressée par les questions des droits sociaux, économiques et politiques, tout particulièrement ceux des femmes.

On ne s’étonnera donc pas que l’une de personnalités qu’elle admire le plus soit une femme, à savoir l’ancienne présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf. « Elle m’inspire pour son leadership en matière d’égalité des sexes et d’indépendance des femmes. Je l’admire pour avoir prouvé au monde que les femmes peuvent diriger au plus haut niveau ! Elle a défendu les droits humains, les droits des femmes et le développement en Afrique ».

Une longue série de défis

Au début de sa carrière à l’ONU, Coumba Mar Gadio a occupé le poste de Conseillère régionale en politique du genre et du développement pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre au PNUD. Elle a ensuite dirigé l’équipe “Genre et développement” pour la même sous-région, au Centre régional du PNUD à Dakar, où elle a en même temps assuré par intérim, pendant quatre ans, la coordination des équipes multidisciplinaires qui appuyaient les 22 bureaux du PNUD en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Les tâches actuelles de Coumba Mar Gadio, en tant que Coordonnatrice résidente et Officier désignée pour la sécurité, sont très variées. « Ma principale responsabilité est d’assurer avec efficacité et détermination la coordination de toutes les actions des Nations Unies sur le terrain, tout en assurant la mise en œuvre du programme de réforme de l’ONU et en participant à la réforme humanitaire au niveau du pays hôte ». Parmi ses nombreux objectifs figurent la réduction des inégalités et le respect des droits de l’homme, dont la réalisation passe par le renforcement des capacités institutionnelles et l’élaboration de politiques publiques en matière de protection sociale, d’emploi des jeunes, d’égalité des genres et de lutte contre la violence faite aux femmes. Coumba Mar Gadio défend la diversification de l’économie, notamment dans l’agriculture, l’un des cinq grands piliers du plan national de développement de la Zambie, en vue de la réalisation des objectifs de développement durable.

Dialoguer et coordonner

Les importantes fonctions qu’elle occupe impliquent une étroite collaboration avec les autorités zambiennes. « Je dirige et coordonne les efforts faits par l’ONU pour aider le gouvernement à mettre en œuvre son 7ème plan de développement national à travers les projets et programmes du cadre de coopération mis en place par l’ONU en Zambie, plus connu sous le nom de cadre de partenariat 2016-2021. Je mène une importante action de sensibilisation au plus haut niveau de l’État et auprès des partenaires du développement afin de mobiliser les ressources nécessaires ».

La Zambie, qui est comme les autres pays d’Afrique australe affectée par les changements climatiques, est confrontée à une sécheresse sans précédent qui a conduit certaines provinces du pays à la famine. Pour aider les autorités zambiennes à faire face à cette crise humanitaire, l’ONU a mis sur pied un plan d’action en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers. « Je dirige la mise en œuvre et la coordination de ce plan dans les sept domaines d’action que sont l’éducation, la santé, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la protection, la sécurité alimentaire, la nutrition et le relèvement rapide ».

Un engagement personnel

Au fil de sa carrière bien remplie, Coumba Mar Gadio a dû faire face à des moments très difficiles, qui restent gravés dans sa mémoire. « J’ai été très attristée par les crises humanitaires au Sahel, la situation sécuritaire, la sécheresse, la faim et les déplacements de populations. La visite des camps de réfugiés, et aussi la visite des prisons, me rendent toujours très triste ». Mais heureusement, Coumba Mar Gadio a pu vivre au cours de sa carrière de nombreux moment de satisfaction, par exemple lorsqu’elle voyait ses efforts dans la réponse aux crises humanitaires couronnés de succès, grâce à la mobilisation de ressources et à l’appui fourni aux populations affectées. « Cela me rend très contente car l’impact positif sur la vie des populations bénéficiaires est rapide et visible ».

Lorsque UN Today lui a demandé quels étaient les objets les plus importants, aujourd’hui, sur son bureau, Coumba Mar Gadio n’a pas hésité. « Mon ordinateur », a-t-elle répondu en premier. « Il me permet de rester connectée avec le monde entier, et surtout avec mon siège, en ce qui concerne les directives et les activités de l’Organisation. Et aussi de coordonner et d’échanger avec mon équipe, d’être au courant de l’actualité en Zambie, et de rester en contact avec la famille et les amis ».

Concilier vie professionnelle et vie familiale

Sur ce point, Coumba Mar Gadio avoue que malgré ses efforts il n’est pas toujours facile de concilier vie professionnelle et vie de famille, d’autant plus qu’elle réside loin des siens, restés au Sénégal. « En tant que mère et épouse, j’ai des responsabilités familiales et je dois répondre aux attentes de ma famille ». Très concernée par les inégalités homme-femme, elle considère que le fait d’être une femme n’a pas été pour elle un handicap sur le plan professionnel, mais qu’il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine. « L’ONU est en train de mettre en place beaucoup de mesures, dans le cadre de la Stratégie pour la parité homme-femme, afin d’atteindre la parité à tous les niveaux de l’Organisation d’ici à 2030. J’ai espoir que d’autres mesures tenant compte des besoins spécifiques des femmes sur le terrain suivront pour réduire l’écart » conclut-elle.

_______________________

Idées de citations de l’article à mettre en exergue:

Ma principale responsabilité est d’assurer la coordination de toutes les actions des Nations Unies sur le terrain

La visite des camps de réfugiés, et aussi la visite des prisons, me rendent toujours très triste

Il n’est pas toujours facile de concilier vie professionnelle et vie de famille, surtout lorsqu’on réside loin des siens.

* Olivier Meyer est réviseur à la Section française de traduction à l’Office des Nations Unies à Genève (ONUG) et Vice-Président du Conseil de coordination du personnel de l'ONUG.