The official magazine of international civil servants since 1949

La revue officielle des fonctionnaires internationaux depuis 1949

a
a

FOCUS ON

Une femme qui fait la différence
Sacrée « Woman who makes a difference » par l’International Women Forum, un puissant réseau international féminin.
1 Mar 2021

Sacrée « Woman who makes a difference » par l’International Women Forum, un puissant réseau international féminin

Frédérique Bedos ne fait rien de convenu. Fondatrice du « Projet Imagine », elle ambitionne d’activer en chacun le pouvoir de rendre le monde meilleur. Partie de rien, après des études d’égyptologie et d’histoire de l’art, elle est repérée dans un café parisien par le patron de Fashion and Design TV. Du jour au lendemain, elle devient animatrice télé à New-York dans le monde du glamour. Elle enchaine ensuite en France des émissions radio et télévision sur diverses chaînes, interviewant et mettant en valeur les stars du show-business.

Un jour, elle plaque tout. Elle se détourne de ce qui brille pour braquer les projecteurs sur ce qu’elle pense urgent de mettre en lumière : les signes d’espérance derrière une actualité anxiogène et l’altruisme dont des milliers de gens connus ou inconnus font preuve au quotidien sous toutes les latitudes. En 2010, elle crée le Projet Imagine, une ONG d’information unique en son genre.

Ses reportages, à contrecourant de l’injonction à être compétitif et pratiquer « le chacun pour soi », zooment sur les gestes de solidarité de ceux qui prennent soin d’un inconnu ou qui consacrent leur vie à aider les autres. Sa mise en valeur des « héros humbles » fait mouche. La plus grande chaîne de télévision française, TF1, lui donne la possibilité de montrer qu’il suffit parfois d’un mot, d’un geste pour changer le cours d’une vie. Sa micro émission, intitulée «Merci», suivie par 5 millions de téléspectateurs chaque semaine, permet à des personnalités de dévoiler, face caméra, une anecdote intime au cours de laquelle un anonyme ou un proche a – sans le savoir – bouleversé leur vie. Une incitation à la bienveillance et la gratitude à l’heure où les réseaux sociaux regorgent de propos malveillants.

Une enfance hors norme

C’est de son enfance que Frédérique Bedos tire sa force, ses valeurs et sa foi en la solidarité et l’amour. Née d’un père haïtien qui a pris la poudre d’escampette et d’une mère normande, aimante mais fragile psychiquement, elle atterrit chez un couple hors norme qui a adopté une vingtaine d’enfants dont certains gravement handicapés comme Gaston, visage et haut du corps brûlés lors d’un incendie, ou Pierre-Vincent, né sans bras ni jambe. Surmontant les différences physiques, d’origine, de langues, de religions qui auraient pu générer bien des conflits, cette étonnante tribu se découvre, s’apprivoise et « fait famille » grâce à l’amour des parents adoptifs. Un amour inconditionnel qui guérit toutes les blessures.

« Faire famille, c’est l’un des grands défis que l’humanité doit relever. C’est pour contribuer à faire progresser notre « vivre ensemble » que j’ai créé Le Projet Imagine », insiste Frédérique Bedos. Au-delà des trajectoires personnelles, elle ambitionne de susciter un mouvement d’engagement citoyen. Pour sensibiliser les jeunes, elle crée le « Programme Ecoles Imagine » qui ouvre les élèves à la conscience citoyenne et aux notions de responsabilité individuelle et collective. Un programme « d’accompagnement vers l’action » qui s’inscrit délibérément dans la démarche des Objectifs de Développement Durable.

Finaliste du « Prix Alice Guy », qui récompense la meilleure réalisatrice française de l’année, elle se souvient avec émotion de son premier reportage qui avait mis à l’honneur Ryadh Sallem, né paraplégique et avec des mains atrophiées, devenu un sportif de haut niveau, triple champion d’Europe avec l’équipe de France de Basket-fauteuil et créateur de l’association Handisport. Une palette de reportages plus tard, c’est au Palais des Nations à Genève et aux Nations Unies à New-York qu’elle présente en avant-première son documentaire « Des Femmes et des Hommes » qui brosse un tableau percutant de l’histoire actuelle des femmes et interpelle sur les enjeux historiques, politiques et économiques des discriminations dont elles sont encore l’objet partout dans le monde et qui met aussi en valeur le travail de diverses institutions onusiennes. A ce jour, ce film a été vu par plus de 50 millions de spectateurs.

Rien n’arrête cette quadragénaire au sourire désarmant et au volontarisme contagieux. Pas même le coronavirus. Calfeutrée dans son appartement parisien, confinement oblige, elle invite des personnalités, comme le sociologue et philosophe Edgar Morin, la navigatrice Isabelle Autissier, le politiste Bertrand Badie, ou le Vice-Amiral Loïc Finaz, directeur de l’Ecole de guerre en France, à décrypter l’actualité et y traquer des graines d’espérance. Encore et toujours ! 

* Muriel Scibilia est auteure et ancienne fonctionnaire de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).
Read more articles about FOCUS ON