L’Ambassadeur Idriss Jazaïry nous a quittés
©IJ
Posted on 1 May 2020
Categories: Other matters
Study for a British university degree in Geneva

M. Idriss Jazaïry, diplomate algérien, s’est éteint le 27 février 2020, laissant derrière lui une longue et vaste expérience dans le domaine des relations internationales et des droits de l’Homme.

Un parcours universitaire riche et varié

M. Jazaïry était détenteur d’un Master en Philosophie, sciences politiques et économie de l’université d’Oxford (Royaume-Uni), d’un Master en Administration publique de l’École Kennedy de l’Université de Harvard (États -Unis d’Amérique), et diplômé de l’École nationale d’administration (France).

Un rôle national de premier plan

Idriss Jazaïry a été successivement Conseiller à la Présidence de la République algérienne et Président du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement de 1971 à 1972, puis Ambassadeur d’Algérie en Belgique, aux États-Unis, au Saint-Siège et Représentant permanent auprès de l’Office des Nations Unies à Genève.

©IJ

Un fervent défenseur du multilatéralisme

Membre fondateur de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) en 1964 et du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) en 2006, M. Jazaïry a également été Président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) à Rome en 1984 et respectivement Président de la Conférence du Désarmement en 2009 et celui du Conseil de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en 2010.

Jusqu’à son dernier souffle, Idriss Jazaïry n’aura cessé de travailler inlassablement et avec passion. Fin négociateur, il avait été nommé premier Rapporteur spécial au CDH à Genève, poste qu’il occupa de 2015 à son décès, avec pour mission d’évaluer l’incidence négative pour les droits de l’homme des mesures coercitives imposées par les membres de l’Union européenne à d’autres États.

Il s’est également attaché à développer le dialogue et les échanges interculturels et inter-religieux.

©IJ
©IJ

En reconnaissance de ses efforts, Idriss Jazaïry a reçu diverses distinctions : Grand officier de l’Ordre du Mérite d’Italie, Officier du Wissam Alaoui du Maroc, Officier de l’Ordre de l’Istiqlal de Jordanie, Officier de l’Ordre du Mérite de la Mauritanie et Médaille d’or Yasser Arafat (décernée par le Président Mahmoud Abbas).

Par ailleurs, il est l’auteur et/ou co-auteur de plusieurs publications, notamment de L’état de la pauvreté rurale mondiale : une enquête sur ses causes et ses conséquences (New York University Press, 1992), du chapitre de l’ouvrage Les premiers 365 jours du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies (Lars Müller, 2007) intitulé « Le rôle des Groupes et coordonnateurs régionaux : une étude de cas – Le Groupe africain », et Plaidoyer pour des procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme : un autre discours en provenance du Sud (Centre de Genève pour l’avancement des droits de l’Homme et le dialogue mondial, 2015), son dernier livre.

Idriss Jazaïry a régulièrement publié des articles sur l’actualité des droits de l’homme dans la presse internationale, notamment dans le magazine UN Special (Office des Nations Unies à Genève), et dans les quotidiens The New York Times (États- Unis), Libération (France), El Khabar (Algérie), et dans les Presses universitaires de Cambridge (Royaume Unis).

La famille des Nations Unies est attristée par sa disparition

Les condoléances et les hommages au disparu se multiplient, et une minute de silence à sa mémoire a été observée, le 2 mars dernier, par le Conseil des droits de l’Homme à Genève.

* Mehdi Litim est Ministre Conseiller, Représentant permanent adjoint à la Mission permanente de l’Algérie auprès des Nations Unies à Genève.