The official magazine of international civil servants since 1949

La revue officielle des fonctionnaires internationaux depuis 1949

a
a

EDITORIAL

Editorial – April 2021
Justice is a right, not a privilege. This is a universal principle of the United Nations Organisation, which it seeks to uphold in its mandate.
8 Apr 2021

This month’s issue of the magazine guides us through the ins and outs of the formal internal justice system of the UN. Its aim is to inform our readers on the manner in which justice is administered inside this venerable institution. When we speak of the internal justice system we mean the legal system which deals with labour disputes between staff and employers. It is an essential mechanism, since the internal jurisdictions of host countries cannot adjudicate on such matters, by virtue of the privileges and immunities granted to the UN, with respect to the laws of Member States.

In order to enable our readers to judge for themselves, we have chosen to give the floor to an independent expert and former judge of the UN Dispute Tribunal, a staff representative who has served on the Internal Justice Council for four years, and the Executive Director of the UN Office of Administration of Justice.

One thing is sure. For a system to be fair, it has to be balanced. The UN internal justice system, which was set up 12 years ago, is suffering from a distinct lack of balance. It has to change. This is not a luxury. It’s a necessity.



La justice est un droit, et non pas une faveur. Il s’agit d’un principe universel que l’Organisation des Nations Unies essaie de préserver dans le cadre de son mandat universel.

Ce numéro du magazine nous fait plonger dans les méandres du système formel de justice interne du secrétariat des Nations Unies dans le but d’informer le lecteur sur la manière dont la justice est menée au sein de l’institution. Par système de justice interne, nous entendons le système qui gère les griefs d’ordre professionnel opposant un fonctionnaire à son employeur. Un mécanisme essentiel étant donné que les juridictions internes des pays hôtes ne peuvent être saisies du fait des privilèges et immunités vis-à-vis des lois des Etats membres.

Afin que le lecteur puisse juger par lui-même, nous avons choisi, entre autres, de donner la parole à un expert indépendant en la personne d’un ancien juge du Tribunal administratif du contentieux des Nations Unies, à un représentant du personnel, qui a siégé au Conseil de justice interne pendant 4 ans, et à la Directrice exécutive du bureau de l’administration de la justice des Nations Unies.

Une chose est certaine, pour qu’un système juridique soit juste, il doit être équilibré. Or, le système de justice interne de l’ONU, instauré il y a 12 ans, souffre d’un vrai déséquilibre. Il doit changer. Ce n’est pas un luxe, c’est une nécessité.

* Prisca Chaoui is the Editor-in-Chief of UN Today. Prisca Chaoui est l'Éditeur en chef du UN Today.

Read more articles about EDITORIAL