Les défis et atouts de la Genève internationale à l’heure du 75ème anniversaire des Nations Unies et de la pandémie de COVID‑19
Panorama de la Ville de Genève. ©FIPOI
Posted on 6 Oct 2020
Categories: Focus on
Study for a British university degree in Geneva

Depuis plusieurs années, le monde traverse une période de profonds changements sociaux et technologiques qui se traduisent par l’émergence de nouvelles dynamiques sur la scène diplomatique genevoise et de nouveaux défis et opportunités pour la Genève internationale et la Suisse en tant qu’État hôte.

À l’heure du 75ème anniversaire des Nations Unies, la pandémie de la COVID-19 est un exemple de plus qui démontre à la fois un besoin accru et un potentiel de collaboration multilatérale.

Genève, centre mondial de diplomatie multilatérale, est au cœur de la réponse immédiate et de la gestion à long terme de la pandémie et de ses effets collatéraux sur le monde. Du côté sanitaire, l’OMS, qui est dotée d’un budget similaire à celui d’un grand hôpital suisse, pilote la réponse scientifique et opérationnelle de la crise. En partenariat avec d’autres acteurs clés tels que l’Alliance du vaccin GAVI, mais aussi le secteur privé et des personnalités internationales, elle est aussi active dans la réponse à moyen terme comme la recherche d’un vaccin. En parallèle, les acteurs du domaine humanitaire comme UNHCR ou le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge continuent d’aider au mieux les victimes de conflits armés, les réfugiés et les personnes déplacées dont la situation s’est davantage compliquée. Les différents organes du système des droits de l’homme sont eux aussi fortement mobilisés pour faire respecter les droits fondamentaux et protéger les groupes vulnérables. Enfin, l’OIT évalue l’impact socio-économique que la crise aura sur nos sociétés.

Ces acteurs font un travail remarquable et le leadership de leurs dirigeants ainsi que la détermination de leur personnel doivent être salués. D’autant plus que ces organisations doivent faire face à des problèmes économiques et financiers importants ou à des réflexes politiques nationalistes et sceptiques, dans un contexte géopolitique des plus difficiles.

À l’heure du 75e anniversaire des Nations Unies, la pandémie de COVID‑19 est un exemple de plus qui démontre à la fois un besoin accru et un potentiel de collaboration multilatérale.

Un multilatéralisme indispensable

Les avancées acquises dans plusieurs domaines et la gestion de différentes crises au cours des 75 dernières années nous ont démontré qu’il n’y a pas d’alternative à la coopération multilatérale et qu’aucun des grands défis de notre époque ne peut être relevé par un seul Etat ou groupe de pays. Le multilatéralisme dispose d’une légitimité unique et d’un savoir-faire inégalé. Il faut donc tirer les leçons des expériences passées et renforcer davantage ses capacités à négocier, décider et agir.

Pour cela, les Etats ont intérêt à doter les institutions auxquelles ils adhèrent des moyens financiers adéquats et du soutien politique nécessaire pour qu’elles puissent accomplir pleinement leurs missions, malgré les conséquences importantes de la pandémie sur les économies nationales. Dans le domaine de la gestion des catastrophes, il est bien connu qu’il faut réparer, mais aussi reconstruire en mieux pour prévenir de nouveaux désastres. 

Deux enfants dessinant ensemble leur monde idéal - un arbre, un soleil, une maison, une farandole d’êtres humains se tenant la main, et des animaux – des symboles universels qui rappellent notre devoir commun envers les générations à venir : c’est le sujet de la toute nouvelle fresque monumentale éphémère de l’artiste Saype, inaugurée aujourd’hui dans le parc du Palais des Nations. Cadeau de la Suisse à l’occasion des 75 ans de la Charte des Nations Unies, signée le 26 juin 1945, « World in progress » est une œuvre poétique, écologique et éphémère de 6000 m2 qui évoque la construction collective du monde de demain et le thème du 75e anniversaire de l’ONU, « L’avenir que nous voulons ».

La pandémie de la COVID-19 est donc une opportunité pour faire preuve de réflexion et d’innovation afin de favoriser de nouvelles approches de travail et de collaboration en vue de trouver des solutions globales satisfaisantes pour tous. 

Le monde est confronté à une multitude de défis dans des domaines très variés mais tous liés les uns aux autres. Ceci inclut notamment le changement climatique, la diminution de la biodiversité, l’impératif d’atteindre les objectifs de développement durable, les implications de la transformation numérique et l’avenir du travail ou encore le nombre et la complexité de conflits armés et leurs conséquences humanitaires, ainsi que le désarmement global. Ce travail de réflexion doit donc être mené sur tous ces fronts et de manière transversale.

Ensemble pour mieux servir

Pour accompagner les Etats et les organisations internationales dans leurs réflexions, Genève offre des plateformes de coopération favorisant les échanges et les synergies entre eux, mais aussi avec des acteurs issus du monde académique, de la société civile et du secteur privé. Ces plateformes permettent d’échanger, de développer, tester et diffuser des idées stratégiques, alimentées par les expériences concrètes du terrain. Mieux servir les populations concernées permettra de renforcer le système multilatéral mais aussi la confiance des citoyens-ennes dans celui-ci. 

Afin de faciliter le travail quotidien des acteurs de la Genève internationale, la Suisse s’engage comme Etat hôte à mettre à disposition des conditions cadres optimales et adaptées à l’évolution de notre environnement actuel.

La gestion de différentes crises au cours des 75 dernières années nous a démontré qu’il n’y a pas d’alternative à la coopération multilatérale et qu’aucun des grands défis de notre époque ne peut être relevé par un seul État ou groupe de pays.

Infrastructures modernes, durables et connectées        

Les avancées technologiques comme la numérisation transforment le monde à un rythme sans précédent et la pandémie nous a démontré une fois de plus la nécessité d’être bien connecté. De façon virtuelle ou hybride, la collaboration a permis d’impliquer plus facilement des acteurs basés aux quatre coins du monde dans le travail accompli quotidiennement à Genève. La pandémie a toutefois aussi rappelé l’importance de continuer à se rencontrer en personne, à négocier autour d’une table et à échanger de manière informelle dans les couloirs. Pour s’adapter à ces nouveaux formats de collaboration et soigner le pôle genevois de la diplomatie multilatérale, il est donc une priorité pour la Suisse de mettre à disposition des infrastructures de conférences et des locaux modernes, dotés de la meilleure technologie.

Pour faire face aux défis considérables auxquels la planète est confrontée dans la gestion collective des ressources, la Suisse tient par ailleurs à ce que les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 soient pleinement intégrés dans le développement de ses infrastructures et du quartier international en particulier, aussi appelé « Jardin des Nations ». Afin d’y réduire la consommation de carbone et favoriser un espace vert et accueillant, aménagé de structures éco responsables, l’Etat hôte s’engage pour renforcer l’utilisation d’énergies renouvelables, faciliter le recyclage et valoriser le patrimoine arboré. En ce sens, le projet innovant Génilac, qui permet d’utiliser l’eau du lac pour rafraîchir et chauffer les bâtiments, est un bon exemple de nouvelle technologie qui aidera les différents acteurs de la Genève internationale dans leur transition énergétique. 

Un quartier durable implique également d’y favoriser une mobilité saine et harmonieuse. Afin de limiter les nuisances dues au trafic motorisé et réduire son impact sur l’environnement, les collectivités publiques promeuvent une mobilité moins polluante et plus économique en renforçant les possibilités liées aux transports en commun, au vélo et à la marche à pied. Ceci se traduit, par exemple, par la récente mise en service du Léman Express, le projet de prolongement du tram 15 jusqu’au Grand-Saconnex et la construction de voies cyclables et piétonnes.  

Stay tuned !

Enfin, pour que la communauté internationale et les intéressés puissent mieux s’informer des derniers développements en lien avec les activités de la Genève internationale, la Suisse et ses partenaires de l’Etat hôte développent la plateforme www.geneve-int.ch pour en faire un véritable portail central d’information, mettant à disposition plusieurs outils comme un calendrier d’événements, des newsletters, une liste de services ou un who’s who.                                                                    

L’ADN opérationnel de Genève et son esprit pragmatique orienté vers l’action et le terrain font d’elle le lieu idéal pour trouver des solutions globales aux défis majeurs de notre ère. Convaincue que le monde ne peut avancer que grâce à la coopération et le dialogue, la Suisse appelle tous les acteurs de la Genève internationale à œuvrer ensemble pour ce projet et préparer notre futur dans un monde plus juste, durable et prospère.

Panorama de la Ville de Genève. ©FIPOI
* Jürg Lauber est Ambassadeur et Représentant permanent de la Suisse auprès de l’Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève.