CULTURE

CULTURE

Greycells
100 ans + 1 de vie internationale: une région transformée
Une exposition à Divonne sur un tandem pionnier qui invite à construire un multilatéralisme du 21ème siècle ancré sur les territoires
1 Sep 2021

Dans un monde chaque jour plus instable et interdépendant, nous avons plus que jamais besoin de coopérer sur tous les plans et entre les territoires. Si les instances des Nations Unies s’emploient à rétablir l’esprit et les pratiques du multilatéralisme, certaines collectivités territoriales, conscientes des enjeux, s’engagent elles aussi sur cette voie.

La municipalité de Divonne-les-Bains a choisi de le faire en organisant une exposition du 19 septembre au 24 octobre qui retrace la richesse des initiatives exemplaires prises en la matière dans le bassin franco-genevois ces dernières décennies.

« Pour le maire de Divonne, Vincent Scattolin, il était important de soutenir une manifestation de cette nature car elle est l’occasion de réfléchir sur ce qu’il convient de faire pour prolonger et renforcer l’évolution des relations constructives entre Divonne, le Pays de Gex et Genève », indique John Burley, ancien haut fonctionnaire à l’ONU, et ex conseiller municipal chargé des relations transfrontalières et ex adjoint au maire de Divonne.

Cette exposition retrace l’évolution d’une longue histoire d’amour entre les Genevois et les Gessiens, des premiers travailleurs frontaliers suisses arrivés dans les fermes gessiennes à la création de l’agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Elle permet de découvrir de nombreux faits saillants qui ont construit la coopération internationale comme le fameux déjeuner de réconciliation, en 1926, entre les ministres français et allemand dans un restaurant de Thoiry, une ville frontalière avec Meyrin. Il y sera aussi question des partages de territoires qu’il a fallu négocier pour permettre l’extension de l’aéroport de Cointrin en 1956. D’autres réalisations ont nécessité une solide coopération transfrontalière comme l’extension du CERN en territoire français en 1965, la création du Conseil du Léman en 1987, regroupant trois cantons suisses et deux départements français, ainsi que, plus récemment, la création du Groupement local de coopération transfrontalière du Grand Genève en 2013.

Cette exposition qui aurait dû se tenir l’an dernier dans le cadre de la célébration du centenaire du multilatéralisme, et qui avait donné lieu à une série d’événements à Genève, a dû être reportée côté français en attendant un assouplissement des règles suscitées par la pandémie. D’où son nouveau titre : 100 ans + 1 de vie internationale.

Au tour du pays de Gex de fêter la coopération internationale en braquant les projecteurs sur les innovations économiques, les relations culturelles, ainsi que les transformations dans les domaines du transport ou de l’’emploi entre les deux régions transfrontalières. « L’accent sera aussi mis sur les événements historiques et la participation de personnalités locales », ajoute John Burley. De nombreux documents anciens, des photos et des témoignages illustrant l’amitié entre Gessiens et Genevois ont été réunis afin de permettre aux visiteurs de réaliser l’importance du multilatéralisme dans le monde d’aujourd’hui.

Depuis l’installation de la Société des Nations à Genève en 1920, ses institutions ont joué un rôle prépondérant dans la coopération internationale à l’origine de la création des Nations Unies. En quête constante de paix et de prévention des guerres, les États fondateurs de la Société des Nations ont développé le concept de multilatéralisme. Par opposition à l’unilatéralisme, il instaure un mode d’organisation susceptible d’instaurer un ordre mondial qui encourage des relations pacifiques entre les états. Un siècle plus tard, la cité de Calvin et sa région accueillent 38 organisations internationales et 420 organisations non gouvernementales œuvrant toujours en ce sens. On vous donne donc rendez-vous cet automne du 29 septembre au 24 octobre, l’exposition vous réserve bien d’autres surprises, y compris pour les enfants à partir de 11 ans à qui un quiz sera proposé et qui pourront gagner des lots.

* Joachim Tapia-Almosnino est journaliste pour CH Media.
Read more articles about CULTURE
Whatsapp
Twitter
Instagram
LinkedIn
Share